La manobreto

A mon amic F Chavernac, metge, a -z-Ais

              La manœuvrette

A mon ami F Chavernac,  médecin à Aix

   
 

"Zou! qu'au tirági, atravalido
Bousque de sou pèr lei marchand!"

(La Bresco, L,IV, p 200 A-B Crouzillat.)

A'Zillanet, mon bèu païs,        
Bugal de gènt bons travalhaires
I a'na pichona qu'es pas gaire
Forta, e que tot l'ostal noirís.

La Rosa-Reinada es sa maire,
le dison la Margaridon;
Era'n valent trabaiador,
Jan de Lacan, son paure paire!

Del labor calorènt sodart,
Moriguèt  autent ben qu'un noble:
D'aquèu modeste enfant dóu pople
la familha era l'estendart.


Era'n picaire de la mina
Un derabaire de carbon;
Drude e negras como 'n' darbon,
De lenga furava à l'ombrina.

Un vèspre, un rocás cracinant
como'n revolum de tempesto
Ie pico d'aplomb sus la testa
e l'estend rede e tot sonant.

Comols de peno e de misèro
Laissa sa femna e quatre enfants.
Patiguèron sovent de fam,
 amasolats per la paurièra.

Sempre lo tantost, d'escodon,
l'ainada anava a la sornièra,
dire de pater per carrièra
E ramassar quauqui croston.
 

Mai, pus tard, n'en ague vergonha,
A mesura que grandigue.
A sa maire un bèu jorn diguè
"Demandar es bon per lis ibronhos;
 

-Maire, lèu fases-me'n bardon,
Sièu prongrando per faire d'obro;
Anarai servi de manobra
e carrejar lo banaston.

 --Manjarem pus de pan d'almòina
Ièu ganharai de bel argent,
Es ben presa dels braves gents
lo qu'a la faleto s'atorna."

Desempuèi , totes los matins
Proumièra  a la mina arrivada
Dins res de temps es embraiada
E landa mai d'un diablotin.
 

Es una perla e cadun l'aima
jamai deguns li brama après
Entre los bravos auria lo près,
car es segur una bela ama.
 

Margarida umbla flor de prat,
Mai que las rosas tu sias bela!
Coneisse força Damaiselas
que serián gaire a ton costat.

Clar Gleize  Arle-sus-Rose
 

Dins la Lauseta 1878 p 218

 





 

 

"Allons! qu'à la besogne , laborieuse, elle
cherche des sous pour les marchands"
( Le gâteau de miel, liv IV p 200)

A Azillanet mon beau pays
rucher des gens bons travailleurs
Il y a une petite qui n'est guère
forte et qui sa maisonnée nourrit

La Rose- Renarde est sa mère,
Elle est dte la Margaridette:
C'était un vaillant manouvrier
(que) Jean e Lacam , son pauvre père!


Du labeur chaleureux soldat
il mourut aussi bien qu'un noble:
de ce modeste enfant du peuple
la famille était l'étendard.

C'était un piqueur de la mine
un arracheur de charbon ;
rude et noir comme une taupe,
(tout) le long (du jour) il fouillait dans l'ombre.

Un soir, un roc lourd, craquant
comme un tourbillon de tempête,
lui pique l'aplomb sur la tête
et l'étend  raide et tout saignant.

Comble de bienfaits et de misère,
il laisse sa femme et quatre enfants.
Ils pâtirent souvent,
martelés par la pauvreté.

Sans trève, en cachette,
l'aînée allait, à la brune,
dire des pater par les rues
et ramasser quelques croutons.

Mais, plus tard, elle en eut vergogne,
à mesure qu'elle grandit.
Un jour, elle dit à sa mère:
"Demander est bon pour les soulauds;

Mère, faites-moi vite une bardette,
pour me mettre à l'oeuvre je suis assez grande;
j'irai servir de manœuvre et charrier la mannette.

Nous ne mangerons plus le pain de l'aumône;
je gagnerai du bel argent.
Il est prisé par les bonnes gens,
celui qui contre la famine se tourne (se défend).

Depuis lors tous les matins,
la première à la mine arrivée,
en un rien de temps elle a mis ses braies,
et part comme un diablotin.

c'est une perle et chacun l'aime.
Jamais personne ne braille après(elle);
entre les sages elle aurait le prix,
car c'est pour sûr une belle âme.

Marguerite, humble fleur des près,
plus que les roses tu es belle!
Je connais force de moiselles
qui ne seraient rien à côté de toi.

Clair Gleizes

Arles-sur-Rhône (Provençal)

La Lauseta 1878 P 218